A Christmas Hope for a Troubled Country

A Christmas Hope for a Troubled Country
By CHRIS HEDGES

Published: December 23, 2004

ON Christmas Eve in Lincoln Center, Papa Noel will pay a visit to the stage. The play, “How Papa Noel Forgot Haiti,” written by Jean Jean-Pierre and Paul Uhry Newman, is a cautionary tale about the danger of expecting help from the outside rather than from within. And in the end Papa Noel, the Haitian version of Santa Claus, decides to wait for another year, a year when Haiti is not in turmoil and plagued by unrest.

The performance, which will star Danny Glover as Papa Noel, is set on the day before Christmas in Haiti. Using Haitian music and dance, the story centers on a Haitian girl’s faith that Papa Noel will visit Haiti, even though he has never been there before. Magali, the girl, finds a broken fanal, a Christmas lantern made from colored paper in the shape of a house. The traditional fanal becomes a metaphor for the hopes and dreams of the impoverished residents on the island.

“It is a story about self-reliance,” said Mr. Jean-Pierre. “Papa Noel has not visited Haiti since the birth of our nation, although people want Haitians to believe the opposite. The play is a metaphor. It says do not wait for outsiders to come and do it for you. Do it yourself.”

The play, which will be performed only on Christmas Eve, is another in a line of events and productions orchestrated by Mr. Jean-Pierre, whose work as a journalist, musician, composer and playwright has made him a leading Haitian activist.

The play is the product of dark humor. “It is a running joke in Haiti that Papa Noel never comes because it is too dark,” Mr. Jean-Pierre says. “He can’t see us. We have too many blackouts.” It is a statement about a country and a people he worries most of the world has forgotten.

Mr. Jean-Pierre has spent much of the past year raising money to replant trees in Haiti, where during the past year roughly 4,000 people were killed in mudslides caused by deforestation.

“We subsidize a small company that builds cooking stoves that do not heat with charcoal,” he said, adding that he was working with two nonprofit groups trying to plant one million trees over the next two years. “The deforestation and erosion is a disaster for the country.”

Mr. Jean-Pierre, 50, who has a disarming smile, was born in Port-au-Prince. His father, who worked in the state-owned seaport, also had children with other women. His mother raised him and set high academic standards. But it was music that captured him.

“I was exposed to all kinds of music in Haiti,” he said, seated in a restaurant in Greenwich Village. “I would get up in the morning and hear Polish music. I would switch to the Beatles, then the Rolling Stones and the Mamas and the Papas. I loved Haitian music, especially the big bands. I would beat out the rhythms with spoons and knives, many of which I broke on the table top.”

He became a drummer for a band in high school after he agreed to keep up his grades at the private Roman Catholic school he attended. His talents as a drummer led to performances with popular recording artists like the Haitian star Ansy Derose, the Brazilian vocalist Nelson Ned and the Puerto Rican singer Daniel Santos.

But the political climate in Haiti was stifling. “It was the time of Papa Doc Duvalier, who declared himself president for life,” Mr. Jean-Pierre said. “There was a tremendous brain drain. The majority of the nurses and doctors left for the United States, Canada and Africa. This was encouraged by the regime that did not want an opposition led by those who were capable and educated.”

He arrived in New York in 1974 speaking little English and not sure how he was going to make a living. He got a job in a factory and at night attended Rockland Community College and later Pace University. He started playing in a funk band that performed in clubs like the old Limelight in Manhattan.

Mr. Jean-Pierre, who is divorced and has a son, settled in Spring Valley, N.Y., where he still lives. He was able to earn a living, but the disasters engulfing his homeland haunted him and the pull of the island grew as time passed.

“All Haitians are political,” he said. “Unfortunately, we are also bad at it.”

HE began to write about Haiti for The Rockland Journal-News, which led to articles for The Village Voice and reports for United Nations radio. He returned to Haiti in 1995 not as a reporter, but as an investigator for the Center for Constitutional Rights, a nonprofit legal and educational group focusing on human rights.

He gathered evidence surrounding the murders of leading Haitian figures including Guy Mallory, the minister of justice, and Antoine Izméry, a businessman and supporter of the former Haitian president Jean-Bertrand Aristide.

He also uncovered the story of Alerte Belance, a Haitian woman whose arm was hacked off and who was left for dead by thugs associated with a right-wing paramilitary group, the Haitian Front for Advancement and Progress, or Fraph. Her story became a rallying cry for anti-Fraph demonstrators, and she is a plaintiff in a human rights suit filed in New York.

Mr. Jean-Pierre also believes that the United States has not been a very good ally to Haiti. “Washington has never been interested in developing Haiti,” he said. “It is a pool of cheap labor and a market for subsidized crops and goods from the United States.”

‘’Culture et tradition’’ : hommage remarquable au passé

Roland Léonard Ce disque n’est pas seulement conçu dans une optique fonctionnelle : celle de la musique de danse du ballet Bacoulou que l’OTRAH accompagne ordinairement. En effet, il intéresse au premier plan les oreilles musicales-profanes ou savantes, nostalgiques ou curieuses- par la saveur des arrangements et des orchestrations pondérés, bien choisis ; mis judicieusement au service des trésors du patrimoine folklorique et populaire. Airs de notre enfance, transmis de génération en génération. Compositions d’auteurs anonymes, d’Auguste ‘’Candio’’ Despradines, de Michel Desgrottes, de Carlo Cadet, d’Antalcidas Murat, de Jean-Claude Martineau, de Rodolphe Legros, de Jean-Jean Pierre lui-même. Airs traditionnels ou néofolkloriques, traités isolément ou joyeusement enchaînés à d’autres par d’élégantes transitions dans des ‘’medley’’ ou pots-pouris inoubliables, exaltants et savoureux.

Rythmes fondamentaux, sacrés et profanes de la tradition haïtienne : ibo, méringue lente, yanvalou, kongo, contredanse, petwo, raboday-rara ; purs ou combinés, alternés. Rythmes parfois rebaptisés par les musiciens eux-mêmes, comme dans le cas de la méringue-contredanse dénommée ‘’Mayoyo’’ dans ‘’Simbi Andezo’’. Joyeuses mélodies aux paroles graves sentimentales, érotiques, satiriques, légères ou équivoques ; les tons majeurs et mineurs se succèdent ou se conjuguent, dominent dans certains cas le morceau.

Des harmonies très académiques et modérées, choisies expressément par l’arrangeur dans le but de ne pas déformer la saveur originale et d’époque des compositions ; option et conception personnelles et qui se défendent par leur intention, leur souci d’historicité. Introductions et conclusions, superbes et solennelles, où l’on sent l’influence de la musique classique nettement dans la manière de traiter les cordes et dans leurs propos. Une instrumentation variée mélangeant souvent une section mélodique (trompettes et saxophones) -soutenue par une section rythmique (piano, guitare, basse, batterie, tambours et percussion)- au jeu chatoyant des cordes (violons, violas, violoncelles).

De bons ‘’back-ground’’ ou arrière-plans : Soutiens, ‘’fill-ins’’ ou répliques, commentaires, qui ornent et accompagnent la mélodie principale. De bons riffs ; de bons développements en solos ou ensembles arrangés. L’arrangeur Jean-Robert, dit ‘’Jean-Jean Pierre, n’a pas fait qu’un travail de restitution : il y a certainement une entreprise de restauration, mais teintée, à certains égards, de modernité dans les idées. Œuvres de rénovation, voire de recomposition, malgré les choix harmoniques faits de tempérance et même de sagesse ouvertement.

Ces mélodies et leurs encadrements servent souvent d’écrins à une brochette de voix célèbres, constantes de l’orchestre ou invitées : Darline Normil, Gyna Sylliona, Fabienne Denis, Boulo Valcourt, Renette Dési, Ali Lemaire, Nicole Saint-Victor, Léon Dimanche, Jean Coulanges. Présentation 16 compositions nécessaires à notre nostalgie : 1) Ibo Lélé. 2) Simbi Andezo/La sirène. 3) Dodo Turgeau. 4) Agoé 5) Kongo Bakoulou #1. 6) Minis Azaka. 7) Lumane Casimir/papa Gede. 8) Bamboche paysanne. 9) Angélique-O. 10) Gede Zarenyen. 11) Le rêve de Suzanne Louveruture. 12) Le coq chante. 13) A drums conversation. 14) Machann Kasav. 15) Yanvalou/ Mayi. 16) Rara Bacoulou #1. Crédits Longue est la liste d’instrumentistes ayant collaboré à ce projet ; on se référera au livret de l’album. ‘’Culture et tradition’’ produit et arrangé par Jean-Jean Pierre est un ‘’must’’. Il honore la discographie haïtienne.

Cultura coordinó grabación tema sobre terremoto de Haití

http://www.diariodominicano.com/cultura/2010/02/09/50201/cultura-coordin-grabacin-tema-sobre-terremoto-de-hait

Cultura coordinó grabación tema sobre terremoto de Haití
Martes 09 de Febrero de 2010 19:46 | 

SANTO DOMINGO (ANTENA).- El Ministerio de Cultura coordinó la grabación de una pieza sinfónica, que describe musicalmente el terremoto ocurrido en Haití el pasado 12 de enero.

José Rafael Lantigua, ministro de Cultura, atendió una solicitud personal del Primer Ministro haitiano Jean Max Bellerive, a fin de que se le brindase la oportunidad al reconocido músico Jean Jean-Pierre de grabar la pieza musical en Santo Domingo, con la Orquesta Sinfónica Nacional y el Coro Nacional.La grabación de Ayiti Leve Kanpe (Haiti Levantate)  fue realizada en la sala Máximo Avilés Blonda, del Palacio de Bellas Artes, que fue debidamente preparada para la ocasión con todo el material técnico necesario. La OSN fue dirigida por el maestro José Antonio Molina y el Coro Nacional por su director titular José Enrique Espín.

El compositor Pierre produjo la pieza musical días después del sismo que devastó  a Puerto Príncipe, produciendo más de cien mil muertes y un millón de personas sin hogar.La pieza musical, de 8 minutos de duración, describe la tragedia y sus consecuencias de forma magistral, a opinión de expertos, quienes alabaron las condiciones de Pierre para producir su obra en medio de las vicisitudes creadas por el sismo en su patria.

El gobierno dominicano, a través del Ministerio de Cultura puso a disposición de Pierre, a pedido del Primer Ministro haitiano, tanto a la OSN como al Coro Nacional, así como a técnicos y equipos de la televisora estatal para producir la grabación y el video de la misma.“Es la primera vez que la OSN interpreta y graba una composición de un autor haitiano”, dijo Lantigua, quien afirmó que “se ofrecieron todas las facilidades para que Jean-Pierre pudiese grabar su obra y, de esta manera, reafirmar nuestra solidaridad con el pueblo y la cultura haitianas en estos momentos pesarosos de su existencia”.

“Con el CD y DVD que contienen la referida obra musical, se creará un fondo permanente para instituir un programa de educación cívica y ambiental en Haití, que incluya no sólo a las escuelas, sino a las iglesias, mercados y centros culturales y cívicos”, informó por su parte el compositor haitiano.
El proyecto cuenta con el respaldo de la Fundación Clinton.

“Haití no sólo necesita reconstruirse físicamente, sino que tenemos que volver a educarnos sobre nuestros roles individuales y colectivos, como ciudadanos de lo que debe ser, necesariamente, una nueva sociedad”, declaró Pierre. Agradeció  al Ministro de Cultura “todo el empeño que puso para que, en apenas dos días, pudiésemos realizar esta grabación con todas las facilidades técnicas, de equipo humano, y sobre todo con la colaboración desinteresada de un gran maestro como José Antonio Molina y las grandes voces del Coro Nacional dominicano”.

Jean Jean-Pierre es un conocido compositor haitiano que ha realizado importantes producciones en el Carnegie Hall y Lincoln Center, además con figuras de la talla del actor Danny Glover y la actriz Susane Sarandon.

O compositor Jean Jean-Pierre

Enquanto aguardas… uma obra-prima.

O compositor Jean Jean-Pierre estava em Port-au-Prince no dia do terremoto visitando a família.
Nos conhecemos numa das listas pelo Haiti (que chique!) e por isso sei a história.

A música conduzida pela Orquestra Sinfônica da República Dominicana ganha um significado ainda mais especial.
Durante os anos de reinado do par ditatorial Papa Doc (Haiti) / Rafael Trujillo (Rep. Dominicana), os haitianos que cruzavam desesperados a fronteira eram simplesmente massacrados no país vizinho sob ordens expressas de Trujillo.

Durante apenas três dias, calcula-se  o assassinato de cerca de 20.000 haitianos somente na fronteira pelas tropas dominicanas.
Uma época que ficou conhecida como o Antihaitianismo Dominicano e deixou muitas feridas abertas.

No dia do terremoto de 2010, a República Dominicana simplesmente não pediu licença e invadiu o Haiti.
Mas desta vez para ajudar.
E Jean Jean tenta, dos escombros do terremoto, celebrar este novo momento de solidariedade entre os dois povos de Hispaniola.

Me emociona muito a cena final que mostra else hasteando a bandeira defronte do Palácio Nacional destruído.
Coisa que acontece até hoje.
E no único dos documentos em que o povo foi ouvido, dentre os diversos debatidos na Sessão Especial da Assembléia Geral da ONU sobre o Haiti, um resultado de pesquisa marca bem o caráter do “povo mais resiliente do mundo”:

Else dizem que não querem que o Palácio Nacional seja reconstruído. 
Para que só seja reconstruído por engenheiros haitianos.
Quando um dia novos engenheiros haitianos se formarem.

É por isso que o Ayiti tem “visgo”.

Le Nouvelliste – “Haïti, relève-toi !”

“Haïti, relève-toi !”

«Les sanglots longs/ des violons/ de l’automne/ blessent mon coeur/ d’une langueur/ monotone» (Paul Verlaine)

L’Orchestre Symphonique National de la République Dominicaine (OSN) conduit par José Antonio Molina, de concert avec le Choeur National du même pays dirigé par José Enrique Espin, ont participé le 27 janvier dernier à l’enregistrement de la magistrale pièce symphonique du compositeur haïtien Jean Jean-Pierre qui décrit le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Reconnu pour son sens très poussé du travail bien fait, ce dernier a été reçu par le ministre dominicain de la Culture, José Rafaël Lantigua, sur demande personnelle du Premier ministre haïtien, Jean Max Bellerive.

Haïti: Une dizaine de journaux dominicains ont rapporté l’événement avec un enthousiasme remarquable. C’est pour la première fois en effet que l’Orchestre Symphonique National dominicain a interprété et enregistré une composition d’un auteur haïtien, a déclaré le ministre Lantigua qui a tout arrangé pour faciliter cet enregistrement, une façon de réaffirmer la solidarité de son peuple avec Haïti et sa culture en ces moments difficiles. Une preuve manifeste que le rapprochement d’Haïti avec le pays voisin peut être bénéfique pour tous les deux peuples, si différents sur bien des points et pourtant dépendants sur le plan géographique.

Réalisée en un temps record, cette symphonie de 8 minutes composée quelques jours après le drame a été enregistrée à la salle Máximo Avilés Blonda du palais des beaux arts qui a été promptement préparée pour l’occasion avec tout le matériel technique nécessaire. Une cinquantaine de musiciens, dont 30 violonistes, ont rendu possible cet exercice de haute voltige. La large place faite au violon, cet instrument qui se veut maître des âmes romantiques, donne déjà une idée de la nature grandiose et imposante de la pièce: une tragédie. Une tragédie indescriptible, sans commune mesure. Celle du 12 janvier qui a fait environ 300 000 morts et un nombre incalculable de blessés, de handicapés, d’orphelins. “Ayiti, leve kanpe!”, “Haiti, get back up!”, “Haiti, levante!”, “Haïti, relève-toi!”, c’est le titre de cette composition (créole, anglais, espagnol, français). Un titre assez approprié au sujet traité. Rude travailleur, conscient de l’ampleur exceptionnelle du drame, attentif à nos richesses artistiques inépuisables, Jean Jean-Pierre ne se contente pas de décrire ou de retracer la tragédie. Au sein des ténèbres épaisses, il entrevoit la lueur de la délivrance. Terre d’espoir et “panier à crables”, modèle séculaire de délivrance anti-esclavagiste et échec collectif, Haïti ne doit pas rester dans cet état dichotomique lamentable.

Pour combattre ce qui s’apparente à une malédiction, notre peuple doit prendre la détermination de se relever et de se reconstruire. C’est une invitation lancée à chaque Haïtien en particulier, qu’il vit dans le pays ou dans la diaspora. Mais c’est aussi une invitation lancée au monde entier, à tous ceux qui ont pris connaissance de l’état de destruction de ce “paradis perdu” après le 12 janvier. Soucieux de l’image du pays des énormes défis auxquels ils doit faire face, l’auteur cherche à éveiller chez tout un chacun l’élan de solidarité nécessaire à la reconstruction d’Haïti, la fibre patriotique.

La version vidéo de la pièce de Jean Jean-Pierre, compositeur, producteur, chorégraphe, symphonicien, technicien son et lumières, chef d’orchestre, permet de mieux cerner le sujet dans ses moindres aspects. La mise en scène est alimentée par une dramaturgie expressive et visuelle saisissante. Tout commence par la matinée du mardi 12 janvier, une matinée innocente pour certains, mais complice pour d’autres du drame qui allait se produire en fin de journée (4h53p.m.). La cloche sonne. C’est le calme. Qu’est-ce qu’elle annonce en réalité? L’heure du réveil général ou celle anticipée de tant de funérailles qui n’auront pas lieu selon les coutumes du peuple haïtien? (Des milliers de décédés n’ont pas eu de sépulture). Les bâtiments, les édifices publics sont encore là (le palais national, le palais des ministères,la DGI, le palais législatif, le palais de justice, etc.). Les enfants se rendent à l’école, les fonctionnaires au travail. Les supermarchés fonctionnent ainsi que le transport en commun. Le petit commerce est également au rendez-vous. Tout est ordinaire, tout est coutumier jusqu’à cette sinistre minute dont seulement 35 secondes font repenser brutalement les choses. L’hécatombe.

C’est donc le temps des pleurs, des cris, des gémissements, des angoisses… Une situation nouvelle, des comportements nouveaux, improvisés dans la douleur. C’est le délire sanglant. Un cauchemar en direct. C’est le chaos, la confusion. Les mots, la pensée rationnelle font défaut pour parler des cadavres jonchant les rues poussiéreuses. La cloche, le son perçu comme celui du “lambi rassembleur”, le changement des mouvements (crescendo), les cris sinistres qui font penser aux fantômes, aux trépassés, aux mourants sous les décombres, aux nombreuses familles traumatisées et ruinées, autant d’indices de malheur et de régression. Un malheur qui s’identifie graduellement, se révélant plus terrible à chaque fois. Et jusqu’ici, l’oeuvre répond à son objectif de satisfaire tous les goûts. Enflammée et menaçante, comme un long sanglot, elle se veut universelle, présentant le malheur d’Haïti aux peuples du monde entier. Quelle perspicacité!

Mais il n’y a pas que tristesse. Il y a aussi la vie. Le miracle de la vie. Le tambour africain, haïtien intervient. L’espoir commence à renaître. Difficile à envisager, imperceptible même, la prise de conscience nationale s’amorce. Et le choeur chante haut et fort, de toutes ses forces: “Ayiti, leve kanpe!”(Haïti, relève-toi!). Quelles vibrations pathétiques ! C’est la dimension nationale de la pièce qui s’achève sur cette note d’espérance: ” Ayiti pa p peri” (Haïti ne périra pas). Un vibrant message d’espérance. Un appel soutenu à l’action constructive.

A partir de la vente des CD et DVD de cette oeuvre musicale impressionnante, dont le texte d’introduction a été lu par le grand acteur noir américain, Danny Glover, va se créer un fonds permanent en vue d’instituer en Haïti un programme d’éducation civique et environnementale, a déclaré l’auteur qui a procédé aux arrangements de ” Haïti, relève-toi!” avec le concours de Tim Newman. Conçu dans un contexte de destruction collective, ce programme visera non seulement les écoles mais aussi les églises, les marchés et les centres culturels et civiques.

Lucmane Vieux
lucmanov@yahoo.fr

Pierre-Raymond Dumas

THE HAITIAN TIMES – ” Little Drummer Boy”

“Little Drummer Boy”

Musician Remembers Christmas Past While Producing Holiday Play

By MacollvieJean-François Haitian Times Staff

NEW YORK – Drummer Jean Robert Jean-Pierre plays diligently in a Midtown music studio, flanked by guitarists and a pianist on the right, drummers and conga player on the left and a conductor in front of him.
The group was rehearsing for “How Papa Noel Forgot Haiti,” MapouProductions’ year-end offering, in collaboration with Muzik Arts, to be presented at Lincoln Center’s Avery Fisher Hall on Christmas Eve.

After a playing classical piece, the ensemble tackled a distinctively Haitian, upbeat number that motivated “Jean Jean” to sway and throw his head back as he slammed the drumsticks on the drums.“That was good,” he said minutes later, exuding a relaxed air with his head-bopping and ready smile.

Conductor Gary Topper, however, said he believed the group had gone on for too long. He said certain sections of “Celina,” as the piece is called, should stop at some point to give some of the musicians and audience a breather.
“But that’s how we used to do it in [Haiti],” said Jean-Pierre, a former drummer with Bossa Combo, smiling and looking around the room for confirmation. Those familiar with Haitian musicians agreed, adding their own, “Yeah, all night.”
Topper said, “Isn’t that after drinking and smoking?” They all laughed, each remembering their experiences with musicians whose measuring stick was the amount of pleasure they felt and noticed in the crowd, not necessarily the number of bars on a sheet.

The combination of the two – traditional Haitian mastery and academic refinement – is what Jean-Pierre seeks, in hopes of reaching a cross-section of audiences.
“He’s taking the same kind of music the guys used to play in Haiti back in the day, taking the same concepts without losing its essence and adapting it to make it fit so that people today can understand and enjoy it,” guitarist MakariosCesaire said.

Jean-Pierre, founder of Mapou Productions and the Jean Jean-Pierre Orchestra said: “My goal is to defend, restore, and promote this culture.”
The Lincoln Center atmosphere will most likely not be as lively as an outdoor concert underneath the stars of a tropical sky that Jean-Pierre’s heroes lostthemselves under. Guests expected to attend were present at MapouProductions’ Carnegie Hall events and are drawn by the promise of the nostalgic tribute to their homeland, the First Black Republic in the Western Hemisphere.

This 200th anniversary year has proven to be disappointing for many Haitians and supporters of Haiti. When Mapou presented “Happy Birthday, Haiti” in January, violence surged in the Caribbean country as groups clashed over Jean-Bertrand Aristide’s presidency. People clucked their tongues, shook their heads, and began asking how the “Pearl of the Antilles” could have degraded so horribly.
Natural and political disasters have victimized Haitians throughout the year, motivating Jean-Pierre to reclaim the beautiful parts that seem to be fading.
“It brings you closer to your country,” said Jean-Pierre, a Spring Valley, N.Y.-resident for 30 years. “It forces you to identify with your country and to work so that things like that are repeated.”

Jean-Pierre was in Haiti when Aristide resigned under pressure from the United States and France in February. When he saw the French soldiers landing in the country for the first time since Haitian slaves kicked them out and claimed their independence, Jean-Pierre said he nearly vomited.

Such realities are far from what the scriptwriter could concoct for the stage or had hoped for his beloved country. Now in his 50s, Jean-Pierre grew up inThorland,a neighborhood of Carrefour, a Port-au-Prince suburb, before FrançoisDuvalier came to power and during his regime’s start.
Mom Marienonthe Ridore took her only child to the open-air theatre at theBicentennaire weekly and movies. She allowed him to see matinees by himself by age 10.

While other kids played soccer during the 1950’s, Jean-Pierre said his 8-year-old mind pondered the images he saw and heard on television, at concerts, and from the radio.
“The first time I heard cymbals, I thought it was an explosion,” Jean-Pierre said. “Later when I began studying music, I saw that is what cymbals are used for.”
Around that age, Jean-Pierre took a blade, cut into his mother’s old Philippsradio “to see the guy hiding in there.” “I got a beating, but I was always fascinated,” he said. “The music appealed to me. The music was the magic.”
By the time he left Haiti for the United States in 1974, an Afro-sporting Jean-Pierre was skillful enough to get gigs with rhythm-and-blues bands that played funky grooves he learned about by watching blaxploitation films in Port-au-Prince.

Though he enjoyed traveling with rock and funk bands, Jean-Pierre felt he was losing his background.
He credits Bossa Combo founders Michel Desgrottes, Hansy Desroses and theDjazz des Jeunes orchestra for cultivating his music sense. Composer AntalcidesMurat taught him to read music while Jean-Pierre was still a teenager.
In New York, they serve as Jean-Pierre’s muses. The music courses he took at colleges help him put his memories to paper also. The result is scenes like the one with the objecting conductor, but more often, it gives audiences a chance to enjoy an eclectic genre and reminisce.

Of the Djazz des Jeunes bass line used for “Celina,” he added: “It feels like wedon’t do that enough, and I want to preserve it.”
Jean-Pierre’s Mapou has organized productions and released an album of classic Haitian pieces on it’s “Happy Birthday Haiti” released earlier this year. Big names such as Jonathan Demme, Danny Glover and Michael Ratner are among those onMapou’s board of directors. Besides providing financial support, Demme and Glover contribute their creative talent – Demme with consulting on the script for “Papa Noel,” and Glover by starring in the presentation as legendary ToussaintLouverture.

Glover says the company now based at the Atlantic Center Mall – owned byRatner brother Bruce – in Brooklyn has been struggling financially from the onset. It is dependent on donations and volunteers. Ticket sales from the venues, which Jean-Pierre said are chosen because they have great acoustic capability, do not always cover the costs. Carnegie Hall concerts cost $135,000; “Papa Noel” may be $150,000, he said.

“We’re always scrapping,” he said. “That’s always been our weakness.”
Jean-Pierre said they did not have much time to prepare for this joint venture between Mapou and Muzik Arts’ Alex Villier. This play written in August, with music arranged in September, should have taken a year, he said. He has had to set other projects aside to work full time on the Carnegie concert.

Jean-Pierre expects running the company to be difficult, because it has to do with Haiti. “Anytime someone is involved in anything having to do with Haiti, it’s an uphill battle.””

Le jazz des Jeunes en concert

Roland Léonard Ce soir-là, la nostalgie avait de belles couleurs. Elle régnait pendant quelques heures dans l\’atmosphère qu\’elle imprégnait des parfums et des arômes de jadis, pour le bonheur d\’un public ému et chaleureux, assis et accoudé aux tables-parfois illuminées à la chandelle -dans un style général de café-concert. Ce soir-là, la musique avait inventé la machine à voyager dans le temps, à faire marche arrière. Et ce temps était presque suspendu comme le veut Lamartine dans «le lac». On croyait être retourné à quarante ans et plus dans le passé, hormis quelques détails nouveaux de certains arrangements, actualisant de leur mieux ces pièces anciennes, touchant peu à l\’intégrité des harmonies fondamentales et premières.

A l\’occasion du soixante-cinquième anniversaire de sa fondation (4 août 1943- 4 août 2008) le grand orchestre national de musique traditionnelle, dit \’\’super jazz des jeunes, sous la direction du maestro Jean Jean Pierre, se produisait sur le podium du Parc Historique de la Canne à Sucre devant une assistance assez nombreuse. Le concert débuta avec une à deux heures de retard en raison de la pluie qui avait gêné les spectateurs à Pétion Ville ou à Port-au-Prince ; mais malgré le ciel lourd et nuageux , le temps était sec de ce côté-ci à Tabarre. On patienta donc jusqu\’à l\’apparition de l\’orchestre sur la scène. Le présentateur Joe Damas prit la parole, établit un contact chaleureux avec les mélomanes et les décontracta. L\’ensemble entonna son indicatif musical bien connu et joua le premier morceau de son programme, «ancien jeunes», sorte de ibo-contredanse réponse polémique à Nemours Jean-Baptiste, en français, sur le même air que son attaque \’\’Vye Granmoun\’\’ en créole. Le chanteur et les cinq choristes firent de leur mieux. En second lieu, Pierre Blain chanta \’\’Feray -o\’\’, sorte de mélange de meringue et de pétro composée en l\’honneur d\’Ogou.

On eut droit à un beau solo de saxophone ténor. Le jeune vocaliste revint au micro pour entonner \’\’Fanm Sen Mak\’\’, cette pièce de résistance, morceau de bravoure de l\’irremplaçable et inoubliable Gérard Dupervil, vantant les charmes, la douceur et la sensibilité presque perverse de certaines beautés Saint-marcoises. Son rythme est une alternance de l\’ibo et de contredanse. Ce fut ensuite au tour de Fabienne Denis de s\’amener et de se produire dans Yoyo, meringue semi-lente, composition malicieuse, à double sens de Auguste Linstant Despradines, dit « Candio», de regrettée mémoire.

Le registre grave de cette chanteuse dont l\’ambitus couvre 4 octaves fut frappant; elle dansa même sur scène pendant l\’interlude et le développement instrumentaux, à touche latine . Au fait, cette version est plutôt celle de l\’ensemble Issa-el-Saieh. Le solo de clavier de Richardson Léopold est voisin de l\’original (Belbo ? ou Nono ?) Le premier invité du programme prévu se montra : Azor en pleine possession de ses moyens- chanteur de style \’\’ racines\’\’ naturel-et en pleine harmonie spirituelle avec ces chants du patrimoine.

La belle pièce « Kote moun yo», tout à la fois \’\’ raborday\’\’, pétro, meringue et «tontonte», fut bien exécutée, seyant bien à sa voix fruste, éraillée, gorgée de sensibilité, d\’expression. Il nous gratifia, en sus, d\’un assez bon solo de tambour. Les danseuses et les danseurs du ballet \’\’Bacoulou\’\’ portant des tenues chatoyantes, originales, brillèrent dans une chorégraphie, la basse électrique de Dickens Princivil imita d\’assez près nos \’\’vaccines\’\’. «Fleur de mai», cette belle méringue lente, classée comme l\’une des meilleures chansons d\’amour franco-haïtiennes, avec «fleur d\’amour» de Herby Widmaier, \’\’l\’impossible\’\’ de Michel Rolph Trouillot, «Je serai qui tu veux» de R. Policard et Syto Cavé, nous enchanta. Encore une fois, Richardson Léopold se fit remarquer au piano par une brillante paraphrase en guise de variation. « Depotwa», «sur les rives de l\’Artibonite», Kongo et ballet, «yass» à la Ti-Paris, «Machanm Cassav» chanté par Pierre Blain et Eric Charles, «Fanm o Kay», belle contredanse avec ses solos de guitare, de piano et de flûte, «Sirise-o», ce \’\’raborday\’\’ satirique, furent les tubes qui s\’enchaînèrent, allumant la joie, les souvenirs, et les sens du public pour arriver à la pause bien méritée. …

La seconde partie, tout aussi intéressante que la première, nous captiva et nous sidéra au point que nous avons négligé d\’en noter les titres et leur ordre de succession ; nous étions en plein rêve, voguant vers les rives d\’une époque antérieure et fantasmatique par la magie de notre imagination. …La nostalgie, aux dires des \’\’ultras\’\’, est un péché dans l\’art ; oui, mais c\’est un péché si mignon et si irrésistible avec le Jazz des Jeunes, le maestro Jean Jean-Pierre, ses musiciens et le Ballet Bacoulou d\’Haïti

Review of How Papa Noël Forgot Haiti – Avery Fisher Hall, Lincoln Center, Dec. 24, 2004

Haïti Progrès
January 05 – 11, 2005
Vol. 22, No. 43

Note 1Lyrics for Petit papa Noël

“HOW PAPA NOEL FORGOT HAITI”: THE POLITICS OF CHRISTMAS

by Margaret Féquière


“How Papa Noël Forgot Haiti” is a lovely musical, co-written by Paul Uhry Newman and Jean Jean-Pierre and directed by Paul Uhry Newman, about a Gonaïves family coping with economic hardship and the devastating impact of Hurricane Jeanne, which ravaged Haiti’s northwest last September.

Paul Uhry Newman along with Jean Jean-Pierre and Mapou Productions deliver a highly political play about Haiti’s culture and current events, mixed with a bit of history. So far, there has only been one performance on Christmas Eve at Lincoln Center in Manhattan.

Dancers wearing traditional white costumes and performing folkloric Haitian dance routines open the play with a narrator introducing the story. It is a happy, chaotic, and fast-paced scene until the young sick child named Magali, played by Danika Silencieux, sings Haiti’s most popular and beloved Christmas songPetit Papa Noël.1 Ms. Silencieux’s powerful voice captured the audience.

Magali is sick and her only desire is to put together a lantern that will shine so brightly that Papa Noel can find his way to Haiti. The country, wracked by economic woes, political turmoil, and natural disasters like Hurricane Jeanne, sorely needs him. Papa Noël, played by Hollywood actor Danny Glover, expresses his esteem for the Haitian people and their on-going struggle for freedom and development. But he allows himself to be caught up in a political web created by Haiti’s so-called “friends,” powers like the U.S. and France.

Tant Viktwa (Carole Alexis), the narrator and Magali’s neighbor, tells us that children are dying all over the island from preventable diseases. Magali, she explains, is a survivor thanks to the financial generosity of an aunt living in Miami.

When the generous aunt, Celina, played by Myriam Barthélus, comes for a visit, the play takes a humorous turn. Celina’s arrival highlights the comic but thorny tensions which have developed between Haitians living in the diaspora and those in Haiti. Haitians in the audience were particularly delighted with the cultural clashes portrayed.

The play’s message, of course, is about the true meaning of Christmas and Santa Claus, or Papa Noël. As in most Christmas plays, we learn that the season is about altruism and solidarity. Different characters present this, from a Cuban doctor tirelessly giving his services in Haiti’s hills to Magali’s generous aunt.

As her family and friends pull together to help Magali through her illness, we are reminded that the true meaning of Christmas is not about Papa Noël bringing gifts but rather about how Papa Noël lives within each and every one of us based on what we do throughout the year to help our fellow human beings. For Haitians living in the diaspora, it is about working hard in a country that is not yours and finding the means to help support family members back home. This musical will resonate especially with immigrants, as it depicts their struggles.

Although the actors delivered fine performances, the acoustics of the hall at Lincoln Center were terrible. Key scenes became unintelligible, such as that where Papa Noel’s helper, Watson (Emmanuel Obas), tells the history of Haiti and the finale, when the Cuban doctor and other characters deliver the play’s closing message.

About the performance

How Papa Noël Forgot Haiti at Lincoln Center December 24, 2004 from 8:00 till 10:00 PM.

With Danny Glover, Erna Letemps, Jean Claude Eugène, Danika SilencieuxEmanuel Obas, Myriam Barthelus, Carole Alexis, Michel Lemorin, Israel Samedy, Pierre Alix Haspil.

Written by Paul Uhry Newman and Jean Jean-Pierre

Music by Jean Jean-Pierre / Lyrics by Paul Uhry Newman. Performed by “Kiskeya: The Haitian Orchestra” of Jean Jean-Pierre.

Dance  by The Ballet Bacoulou of Haiti directed by Yvrose Green – Choreography: Peniel Guerrier

How Papa Noel Forgot Haiti is the story of Magali, a schoolgirl full of intelligence and hope, and her dreams of a visit, at long last, to Haiti by Papa Noël. It is a story that demands to be told. It is a parable for a new day that finds its power in the dreams of a child.

Le Jazz des Jeunes renaît

https://lenouvelliste.com/article/51541/le-jazz-des-jeunes-renait

Ce fut à l\’auditorium de l\’école Sainte Rose de Lima que la toute nouvelle formation musicale, l\’Orchestre de la Musique traditionnelle d\’Haïti, se fit connaître par une séance de répétition en pleine matinée d\’un dimanche ensoleillé. C\’était le 25 novembre 2007. Y était invité un public choisi, composé d\’artistes de renom, d\’intellectuels chevronnés, de professionnels (agronomes, médecins, ingénieurs, architectes, banquiers, économistes, avocats, sociologues, anthropologues, professeurs …) haut en couleur, de politiques distingués, de femmes et d\’hommes qu\’on a coutume de rencontrer dans des spectacles de qualité, d\’expositions d\’oeuvres d\’art, dans les librairies pour se procurer de bons livres. Le président de la République n\’a pas manqué d\’y être, – tout passionné de musique, des arts en général, de culture du terroir, qu\’on le connaît – et dès son arrivée dans la salle, serre la main à chacun, réserve ses embrassades à ses plus intimes, et de montrer ainsi une fois de plus son ouverture à tous. Sa présence ajoutait une nouvelle touche au clavier. L\’Orchestre de la Musique traditionnelle d\’Haïti a dû « se serrer fortement les reins » pour se lancer, on ne sait à quelle vitesse de météore, sur les voies de l\’incroyable Jazz des Jeunes. Et n\’était cette course effrénée de soldat marron pour aller vers mille lieux à la recherche d\’un trésor caché, mais dès fois si près, on n\’aurait pas eu le privilège de prendre part a ce carrousel de sons reflétant les notes typiques du terroir. Au lever de rideau, un soupir discret de l\’assistance dénotait la faim pressante mais contrôlée du public. La réussite de cette matinée révèle bien tout l\’effort consenti par celui qui pendant longtemps collectionne, cassette par cassette, les musiques du Jazz des Jeunes pour en faire un discothèque privée au service de la collectivité. Doublé de la casquette d\’un mélomane, le chirurgien Jean Joseph Molière s\’était jeté à tue-tête dans une bataille apparemment sans issue, pour le moins difficile a réaliser : rénover la citadelle musicale du fameux Jazz des Jeunes menacée de tomber en ruine. Sa grande collection du Jazz des Jeunes n\’aurait pas suffi au docteur Molière pour concrétiser ses rêves. Il lui a fallu chercher des collaborateurs, et il les a trouvés. Jean cherche, Jean trouve. Il lui manquait les partitions originales du Jazz des Jeunes. « Le directeur musical Jean Jean-Pierre, assisté de l\’excellent arrangeur Michel Saint Victor, est en train de reproduire les compositions originales du Jazz des Jeunes, chanson par chanson, dans le but d\’en garder l\’authenticité. Le travail se poursuit bel et bien, l\’avenir dira le reste à faire. La nouvelle équipe travaille d\’arrache-pied. Les promoteurs d\’une si noble cause sont arrivés à mettre la main sur l\’indispensable Pierre Blain ; sur Richard Duroseau, le génie du clavier ; sur Antalcidas Murat, le trompettiste performant ; sur Wesner Bellegarde dont le rêve de toujours est de réussir ; sur Fabienne Denis, la honsi de l\’orchestre qui chante, qui danse, comme sous un péristyle ; sur Steevenson de Rozier, ce jeune chanteur à l\’allure de Don Juan qui évolue \” en pimpant \” sur la scène ; sur l\’émérite contrebassiste Dickens Princivil, ce malade atteint du virus de la musique depuis son berceau ; sur le roi des tambours, Serge Pierre ; sur l\’accordéoniste Richardson Léopold qui fait bien valser son instrument, sur le guitariste Charles Guy Toussaint aux doigts agiles et créateurs ; sur les fameux saxophonistes et trompettistes, on dirait indispensables. Quant à Jean Jean-Pierre, l\’homme a la batterie, le directeur musical, le maestro, il mériterait une page entière, et encore plus, pour définir cette personnalité de haut rang, connue dans les milieux de la grande presse américaine et dans les cercles des musiciens de classe d\’ici et d\’ailleurs. Jean Jean Pierre a composé des symphonies pour deux films de Jonathan Demme, The Agronomist and The Manchurian Candidate. Il a fait des concerts et des musiques pour les grands du cinéma: Harry Belafonte, Suzan Surandon, Ossie Davis, Dany Glover, Denzel Washington et de tant d\’autres encore. L\’entreprise se voudrait méritoire. La citadelle du Jazz des Jeunes est rénovée. Un beau soleil traversait lentement et lestement le ciel pur de la matinée de ce dimanche en fête. Néanmoins voudrait se cacher sous ses rayons une figure de proue : Claudinette Fouchard, la belle et éclairante négresse, belle dans toutes ses beautés tant physique qu\’intellectuelle. C\’est elle, la lauréate du Festival Panaméricain du tourisme, qui inspira Jean Dominique à réaliser le premier film documentaire haïtien « Mais moi je suis belle », au début des années 1960. Raymond Miton, un pionnier de la littérature créole, a louangé cette beauté dans un des beaux poèmes en créole de l\’époque : « Claudinette Fouchard ». Claudinette Fouchard s\’est révélée une fringante réalisatrice à la bonne cause, – j\’ajouterais patriotique – de la remise sur pied du Jazz des Jeunes, mais élargi, avec en perspective la création de nouvelles chansons pour enrichir notre patrimoine musical. Au lever de rideau, un soupir discret dénotait la faim pressante mais contrôlée du public. L\’ouverture du spectacle avec la danse de la prêtresse charmait déjà l\’auditoire. De chauds sentiments, des souvenirs de jeunes, l\’esprit en émoi, toute une atmosphère particulière enchantait l\’esprit. Ce spectacle, fut pour moi un cadeau de Noël, d\’autant qu\’il m\’a permis de revoir des amis de grande hauteur d\’âme que j\’avais perdu de vue depuis belle lurette. On s\’améliorait. Certains se livraient vertement a des mouvements du corps en se laissant aller au rythme de la musique ou guidés par les pas sacrés de la honsi ; d\’autres, les plus réservés, à la danse immobile. Les musiques du Jazz des Jeunes varient et répondent à tous les goûts. Une source populaire en constitue la base. On y trouve la meringue, le boléro, le rythme du carnaval et celui du rara, et tous les rythmes de notre patrimoine musical formant un tout, un grand ensemble, embrassant nos us et coutumes, les chants du vaudou, l\’ambiance du bal champêtre, de nos contes chantés et nos comptines. La salle était dûment eprise de « Celina », interprétée par Fabienne Denis et Steevenson De Rozier dans une fine mise en scène. Cette dimension théâtrale sera toujours la bienvenue, et appréciée par un peuple doué pour les arts de spectacle. La base populaire et créole ne limite pas le jazz. C\’est comme si on lisait entre les lignes, dans bien des chansons en créole ou en français, les influences des éminents poètes de l\’hexagone. Les pieds sont bien comptés dans les textes poétiques des chansons. La rime non plus n\’est pas négligée. Qu\’on se rappelle des odes et ballades comme « Fleurs de mai », « Bon voyage » et d\’autres en créole – sans donner une interprétation trop stricte des genres cités plus haut- dans lesquelles on remarque un travail de composition de la poésie médiévale ou même du XVIe siècle. On y découvre des figures de style : des métaphores, des métonymies, des assonances, des allitérations, des comparaisons… la belle poésie du Jazz des Jeunes ne laisse aucune place à la vulgarité. Les artistes du Grand Orchestre de la Musique traditionnelle d\’Haïti qui ont su, la main à la pâte, donner la preuve de leur capacité, de leur volonté pour que la fête de ce dimanche ensoleillé soit d\’abord et surtout une réussite. Le programme élaboré par ces jeunes et ces vieux de la nouvelle formation musicale se révèle une évidence certaine de grands espoirs pour le futur. On dirait que quelque chose a changé, que le ciel a offert son bleu a l\’innocence ; comme la beauté, sa douceur à la vie. Et pour que nos matins soient désormais des dimanches de fête, contribuons autant que faire se peut à ce mouvement de renaissance de notre musique de jazz en y apportant notre part de talent, d\’amour et de félicité, et tout aussi bien dans maints domaines de la vie nationale et de partout. Nous remercions chaleureusement le Conseil d\’Administration du Grand Orchestre de la Musique traditionnelle composée du Dr Jean Joseph Molière, de Jean Jean-Pierre et de Michel Saint Victor. Nos remerciements vont également à tous les artistes de l\’orchestre, et plus spécialement au docteur Richard Mondestin, un sympathisant du Grand Orchestre de la Musique traditionnelle d\’Haïti, Danel Georges, Jean-Jacques Coicou, avec lesquels les conversations, qui dans l\’auditorium de Sainte Rose, qui sur le chemin du retour, en \”roue libre\”, étaient fructueuses. On ne saurait terminer cet article sans un grand coup de chapeau à l\’élégant, l\’intelligent, le maître de l\’avant-scène, le fin animateur du programme dans ces différents moments, avec une assurance mesurée et une bonne maîtrise de la langue française; Bravo Monsieur Anduze! Merci Lucien!

Sunshine Awards – Jean Jean pierre

Jean Jean-Pierre est un journaliste respecté, compositeur, dramaturge, scénariste et producteur. He started his music career as a drummer, performing with the Bossa Combo band and with popular recording artists such as Haitian star Ansy Derose, Brazilian vocalist Nelson Ned, and Puerto Rican singer, Daniel Santos. Il a commencé sa carrière musicale en tant que batteur, se produisant avec le groupe Bossa Combo et avec des artistes populaires tels que Haïti étoiles Ansy, le chanteur brésilien Nelson Ned, et chanteur portoricain, Daniel Santos.


In 1974, he migrated to the United States, where he quickly immersed himself in New York’s music world. En 1974, il a émigré aux États-Unis, où il s’est rapidement plongé dans le monde de la musique de New York. There he distinguished himself as a musician and composer, performing with several bands whose music ranged from R&B; to Pop Rock. Là, il s’est distingué en tant que musicien et compositeur, se produisant avec plusieurs groupes dont la musique allait de R & B Pop Rock.


Jean-Pierre is known for his unrelenting passion to represent the best of Haitian society and culture. Jean-Pierre est connu pour sa passion sans relâche pour représenter le meilleur de la société haïtienne et de la culture. This led him to embark on a second career in journalism, where he focused his writing on Haitian issues. Cela l’a amené à entreprendre une seconde carrière dans le journalisme, où il a axé son écrit sur les problèmes d’Haïti. He has written for the New York Village Voice, the United Nations Radio and as a columnist for the Gannet Newspapers. Il a écrit pour le New York Village Voice, la Radio des Nations Unies et en tant que chroniqueur pour les journaux de Gannett.
Ever expanding the reach of his creativity, Jean-Pierre, in 1995, co-founded Mapou Productions Ltd. with Academy Award-winning filmmaker, Jonathan Demme, and human rights attorney, Michael Ratner. Ever étendre la portée de sa créativité, Jean-Pierre, en 1995, co-fondateur de Productions Ltd Mapou avec le cinéaste oscarisé, Jonathan Demme, et l’homme avocat des droits, Michael Ratner. Mapou Productions is dedicated to promoting Haiti’s vibrant culture. Productions Mapou est dédié à la promotion de la culture vivante d’Haïti. In its first year, the company produced Bayou-Rasin, the very first Haitian international roots music festival. Dans sa première année, la société a produit Bayou-Rasin, le tout premier festival international de musique haïtienne racines. Since then Jean-Pierre regularly produces music events at the New Jersey Performing Arts Center and at Carnegie Hall. Depuis lors, Jean-Pierre publie régulièrement des événements musicaux à la New Jersey Performing Arts Center et au Carnegie Hall.


In 1999, Jean-Pierre founded the Kiskeya Orchestra, which offers a wide selection of music, from classical to pop and jazz. En 1999, Jean-Pierre a fondé l’Orchestre Kiskeya, qui offre une large sélection de musique, du classique à la pop et le jazz. Its main focus, however, is on traditional Haitian sounds and rhythms. Son principal objectif, cependant, c’est sur les sons traditionnels et les rythmes haïtiens. Kiskeya also provides the music for Jean-Pierre’s plays, which deal with Haitian historical and cultural events. Kiskeya prévoit également la musique pour le théâtre de Jean-Pierre, qui traitent les haïtiens événements historiques et culturels. Jean-Pierre recently composed the “Ode to Jean-Ode” performed by the Kiskeya Orchestra for the film, “The Agronomist” based on the life of Haiti’s foremost journalist, Jean Dominique, who was tragically slain in the year 2000. Jean-Pierre a récemment composé la “Ode à Jean-Ode», interprétée par l’Orchestre Kiskeya pour le film, «L’agronome» basé sur la vie du journaliste avant tout d’Haïti, Jean Dominique, qui a été tragiquement tué en l’an 2000. As a tribute to Haiti’s Centennial Anniversary in 2002, Jean-Pierre composed and produced a special CD recording, which was performed by the Kiskeya Orchestra at Carnegie Hall. Comme un hommage à l’anniversaire du centenaire d’Haïti en 2002, Jean-Pierre a composé et produit un enregistrement sur CD spécial, qui a été interprétée par l’Orchestre Kiskeya au Carnegie Hall. Jean-Pierre’s plans for 2005 include performances highlighting the music of outstanding Caribbean composers, some of whom significantly influenced classical music, dating as far back as the 18th century. plans de Jean-Pierre pour l’année 2005 comprennent des spectacles mettant en évidence la musique des compositeurs en circulation des Caraïbes, dont certains fortement influencé la musique classique, qui remonte au 18e siècle.